Mémoires de Master 2 soutenus à la Faculté Jean Monnet

Développement agricole durable : la sécurité alimentaire pour le développement
Année universitaire : 2017-18

  • Auteur : Elena Garcia
  • Directeur : Jean-Paul Maréchal

Analyse des déterminants socio-économiques au développement des pratiques agroécologiques, et notamment à l'insertion des légumineuses dans les rotations en Bourgogne-Franche-Comté 

Accès réservé

  • Résumé :

    En France, les légumineuses ne représentent qu’une faible partie des surfaces cultivées alors qu’elles possèdent de nombreux avantages agronomiques et nutritionnels. Ces plantes contribuent à développer des systèmes agroécologiques, basés sur un modèle de production plus durable. Le sujet de stage s’inscrit dans le cadre du projet PROSYS, financé par l’INRA et le Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté pour une durée de 4 ans (2016-2020), qui a pour but de promouvoir la culture de légumineuses dans la région.

    L’objectif de ce stage est d’analyser les déterminants socio-économiques à l’insertion des légumineuses dans la rotation, en s’intéressant plus globalement aux pratiques agroécologiques. Une attention particulière a été portée au rôle des collectifs d’agriculteurs dans la contribution aux changements de pratiques agricoles. Pour ce faire, des entretiens semis directifs (n=29) ont été réalisés auprès d’agriculteurs (n=17) et de personnes ressources (n=12) telles que les conseillers techniques appartenant à des organismes de développement agricole (chambre d’agriculture, coopérative, etc.). Ces enquêtes qualitatives ont été réalisées sur la base d’un questionnaire composé de 5 à 8 thèmes. Après retranscriptions des entretiens, ceux-ci ont été analysés systématiquement afin de faire ressortir des éléments de réponses. Ainsi, nous avons pu montrer trois types de déterminants aux changements : les déterminants d’ordre technico-économique (i.e. les impasses technico-économiques dû à l’essoufflement du système conventionnel), agronomiques (i.e. avantages des légumineuses) et sociaux (pression sociétale, prise de conscience et adhésion à un collectif).

    Concernant les collectifs d’agriculteurs, ils ont été perçus comme de véritables vecteurs du changement. En effet, il s’agit d’un lieu d’échange, d’expérimentation, d’apprentissage et de socialisation entre pairs. L’apport de références techniques et le caractère rassurant du collectif permet aux agriculteurs d’entreprendre le changement de pratiques, d’ordinaire risqué et incertain, de manière plus sereine. Ces dynamiques collectives permettent ainsi d’encourager, voire de faciliter, l’engagement des agriculteurs dans l’évolution de leurs pratiques agricoles vers un système plus durable

  • Langue du texte : Français
  • Mots-clés : Agroécologie, légumineuses, collectifs d'agriculteurs, changement de pratiques, déterminants socio-économiques
  • Domaine(s) :
    • Développement durable
  • Nombre de pages : 95